Echos n­° 179 (décembre 2014/janvier 2015)

Echos n­° 179 (décembre 2014/janvier 2015)

 

  • Échos, entends-tu ces enfants qui te supplient sur les routes ?
    • Oh oui, là où je vais, je rencontre des enfants très jeunes, parfois sous la pluie, ils mendient et murmurent des demandes d’aide.
  • N’ont-ils pas de droits ces enfants ?
    • Si ami (e), ils ont des droits comme tous les hommes, des droits reconnus par tous les pays qui font partie des Nations Unies (ONU).


      Les enfants comme toute personne humaine, ont droit à être logés, nourris, soignés par des médecins, protégés. Ils ont droit au maintien d’un lien avec leurs parents, à une identité humaine, à une instruction financée par l’État, à des soins de santé, et à des lois pénales adaptées à leur âge et à leur développement, droit à la protection contre la violence physique,psychologique ou émotionnelle.
      Or, certaines personnes font travailler des enfants, les laissent dans la rue, sans école, les exploitent pour gagner des sous ! En le faisant, ces adultes pèchent contre l’enfance, contre l’homme et contre l’humanité pour se satisfaire.
      Ami (e) tout enfant est comme toi, il mérite d’être traité avec dignité, avec respect et d’être reconnu comme une personne humaine ayant des droits.
      Ami (e), tu sais que Jésus s’est abaissé, Il s’est fait enfant, homme comme nous pour nous redonner notre dignité, Il est né dans une crèche, a été privé de ses droits pour nous, mais il a dénoncé le mal et n’a pas du tout manqué à donner à chacun ses droits dans la vie et à nous tracer la route à suivre.

    Œuvrons ensemble pour nommer les violations des droits et réagissons avec nos propres moyens pour contribuer à bâtir un monde humain, où chacun peut avoir ses droits à une vie honorable. Aimons comme Dieu nous aime, suivons la route du don dans les plus petits gestes de la vie quotidienne pour en faire des semences d’amour et respecter les droits de tout le monde.

Pour Échos
Sœur Wardé Maksour